Sommaire du journal N°156 - Janvier/Février 2019

Chers lecteurs,

Si le bassin charentais de production d’huîtres reste le premier en France avec quelque 40 000 tonnes par an, il le doit en grande partie à la notoriété du bassin de Marennes-Oléron. Mais la concurrence est sévère avec la Normandie et surtout la Bretagne qui développe, notamment à la télévision, des campagnes de pub agressives. Et même s’il y a de nombreuses circulations d’huîtres entre bassins avant l’affinage et la commercialisation, les signes d’IGP, Indication d’origine protégée, et autres Label Rouge délivrés par l’Institut national de l’origine et de la qualité (INAO) sont déterminants. C’est dans ce sens que le Groupement qualité Marennes-Oléron – groupement privé qui n’émane pas du très officiel Comité régional de la conchyliculture – va présenter au printemps une révision de son cahier des charges, la proposition la plus spectaculaire étant l’arrêt de la commercialisation des huîtres en été (voir page 5) ! On verra ce qu’en pense l’INAO qui ne donnera une réponse que dans un an.

Cela fait des années qu’on en parlait. Les travaux gigantesques d’agrandissement du port de la Cotinière ont commencé. Avec plus de 5 000 tonnes débarquées chaque année (espèces vedettes : la sole, le bar, le maigre, la langoustine ou le céteau, très apprécié des amateurs mais qui «ne voyage pas»), le port était sous-dimensionné. Cet agrandissement pourrait lui permettre de rejoindre le TOP 10 des ports de pêche français (voir page 17).

Claude Fouchier

Dernière minute

Ile d'Oléron

Château-d'Oléron

Saint-Trojan-les-Bains

Grand-Village

Dolus-d'Oléron

Saint-Pierre-d'Oléron

Saint-Georges-d'Oléron

La Brée-les-Bains

Saint-Denis-d'Oléron

Nature

Histoire

Livres

Petites annonces

Accédez aux autres sommaires
Année : Numéro :

Boutique
6 € N°161
Novembre/Décembre 2019

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous