Saint-Pierre-d'Oléron - N°125 - Novembre/Décembre 2013

Une passion sur mesure pour le surf

Faire de sa passion son métier. Beaucoup en rêvent, Rudy Ferrière l’a fait. Cet ancien graphiste de 37 ans est aujourd’hui créateur de planches de surf et officie dans la commune, au fond de la petite rue Etchebarne. Originaire d’Oléron, c’est au cours d’un voyage en Australie, il y a six ans, qu’il s’est découvert une passion pour la fabrication de planches de surf. Sport qu’il pratiquait pourtant depuis des années. Lors de ce voyage, il découvre le travail du pain de mousse afin d’arriver à la planche finale. Une révélation ! «Cela faisait un moment que cela m’intéressait, que cela m’intriguait aussi. C’était un peu énigmatique pour moi, confesse le surfeur. J’ai alors aidé à la fabrication, en donnant un coup de main, en regardant j’ai beaucoup appris.» Il se souvient aussi des soirées passées avec un Japonais qui lui a appris un peu plus sur la résine et son utilisation. «Des cours du soir en quelque sorte qui m’ont beaucoup enrichi.» De retour en France, direction Bidart dans le pays Basque chez un shaper — fabricant de planches de surf —  pour se perfectionner, ajuster les gestes. «Là-bas j’ai vraiment mis le pied à l’étrier.» A tel point que, de retour à Oléron, il décide de se lancer dans l’aventure en ouvrant sa «clinique» du surf. Les réparations se suivent dans le petit garage transformé en atelier. Le surfeur, très doué selon les habitués des vagues oléronaises, met un point d’honneur à ce que ses réparations ne se voient pas et qu’elles soient surtout très solides. «La réparation, qui est la plus grosse partie de mon activité, explique Rudy, me permet de fabriquer des planches. De me faire plaisir.» Et en effet, en laissant la première pièce où les odeurs de résine montent rapidement à la tête, Rudy laisse découvrir une petite salle, son atelier de fabrication. Là, il taille à même le pain de mousse. Sous ses doigts agiles naissent des planches sur mesure selon la taille, le poids, la morphologie du surfeur. Un travail au millimètre que le passionné détaille avec enthousiasme. «Chaque planche est unique et est fabriquée sur mesure mais aussi selon le type de vagues, le niveau de l’utilisateur... Tout est calculé, rien n’ai laissé au hasard dans la fabrication. Pour façonner une planche, je mets deux jours à la main mais si je travaille avec un appareil numérique le temps est réduit à une journée. Après le façonnage vient la pose de la fibre de verre puis celle de la résine. J’ai également une charte graphique pour chaque modèle et j’ai créé ma marque, Illegal Surfboard. Le modèle standard de base est vendu 480 € mais mes fabrications peuvent monter jusqu’à 1 200 € selon les options, que ce soit la décoration, la résine teintée, les finitions...» Deux à trois semaines de séchage plus tard, la planche est apte à l’emploi. Et c’est bien sûr Rudy qui les teste à Oléron ou bien ailleurs, là ou les vagues sont un peu plus imposantes qu’ici. «L’île Oléron est très réputée pour le surf, c’est le paradis du long board. Clairement pour le “surfeur du dimanche“ c’est l’idéal et pour les pro il est aussi possible de bien s’amuser. L’avantage de l’île c’est que nous avons la possibilité de surfer toute l’année, selon les saisons.» Fin décembre, l’atelier va fermer ses portes jusqu’en mars, une parenthèse pour permettre à Rudy de tester ses nouvelles créations.

Rens. Rudy Ferrière au 06 63 28 17 05

 
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionnel, pour être averti de la publication

 
 

Boutique
6 € N°163
Mars/Avril 2020

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous