Loisirs - N°153 - Juillet/Août 2018

L’ostréicuture grandeur nature

Déambuler, scruter, regarder, s’émerveiller, prendre du recul, se rapprocher… C’est à tout cela qu’invite la nouvelle exposition grandeur extra large proposée par Benjamin Caillaud dans l’exceptionnel cadre de l’esplanade de la citadelle du Château. L’exposition «Ostréiculture[s] Pratiques et paysages ostréicoles du bassin de Marennes-Oléron» est visible, tous les jours, 24h/24h jusqu’au 1er octobre et invite à un déambulation en plein air. Exposition XXL puisque 30 photos imprimées sur des supports de 160/110 sont implantées sur toute l’esplanade de la citadelle permettant ainsi une promenade à la découverte des différentes pratiques ostréicoles. «J’ai mis un s à ostréiculture car il y a plusieurs ostréicultures, plusieurs pratiques et puis cela permet également de faire ressortir le mot culture», explique Benjamin Caillaud, historien du littoral et photographe. 

C’est en regardant, installé dans son bistrot préféré, à Bourcefranc, dont il est originaire, le va-et-vient des chalands ostréicoles que l’idée de travailler sur ce sujet lui est apparu comme une évidence. «On m’a commandé parfois des photos d’illustration et à chaque fois je me suis dit, il faut consacrer des mois à ce sujet, extrêmement riche. En 2015, je suis parti en mer avec un ostréiculteur avec l’idée de le suivre plusieurs fois pour un sujet au long cours. Ainsi j’ai passé des mois sur les marais, sur l’estran pour embrasser un maximum de pratiques et en me focalisant sur le geste que je voulais absolument valoriser. Mon idée était aussi d’interroger sur les usages contemporains.»

En 2016, lors d’une résidence d’artistes au lycée de Bourcefranc, il a élargi son champ de travail en photographiant des apprentis ostréiculteurs. «Il s’agissait alors d’un chapitre dans le chapitre.» Sa rencontre avec le Comité régional de la conchyliculture et la municipalité du Château l’ont convaincu de poursuivre dans cette quête et les photographies emmagasinées au fil des mois sont devenues autant de tableaux grandeur nature accrochés à hauteur d’homme pour permettre cette promenade ostréicole dans les sentiers de la citadelle. «Il n’était pas question de rester en intérieur, je voulais envahir l’extérieur et à la citadelle en plus. Pour moi, c’est une façon de rendre visible l’ostréiculture dans l’espace public. L’occasion aussi de sortir de l’image d’Epinal de l’ostréiculture, à savoir les petites cabanes et le va-et-vient des tracteurs. Mais personne ne va sur l’estran, d’où l’idée de le faire découvrir.»

L’exposition itinérante devrait partir dans plusieurs communes du bassin ostréicole Marennes-Oléron d’ici 2019. Pour l’instant elle est à voir, en accès libre, tous les jours, jusqu’en octobre dès l’entrée de la citadelle jusqu’à l’arbre de Richelieu qui domine le port de la ville.

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 
 

Boutique
6 € N°153
Juillet/Août 2018

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous