La Brée-les-Bains - N°116 - Mai/Juin 2012

La seconde jeunesse du moulin

 

La commune et la communauté de communes ont acheté le moulin et les bâtiments attenants afin d’en faire une vitrine des produits locaux. Le mécanisme va être remis en état pour produire, de nouveau,  de la farine.

Mis en vente il y a plusieurs mois le moulin situé au lieu-dit la Fontaine est le dernier de l’île a voir conservé son mécanisme d’origine (JdP n° 110). Une raison suffisante pour interpeller le maire, Jean-Jacques Naud, sur la nécessite de conserver cet édifice. Cependant, la commune ne pouvait assumer seule financièrement une telle acquisition. Le maire s’est alors tourné vers Patrick Moquay, le président de la communauté de communes, qui a rapidement perçu le bénéfice que l’île pouvait tirer de cet investissement. En mars, les élus communautaires ont voté l’acquisition du moulin et de ses bâtiments annexes pour la somme de 550 000 €. La commune participe à hauteur de 50% de cette somme. La CdC va supporter le coût intégral de la restauration, de la réhabilitation du bâtiment et de son exploitation. Faire revivre ce patrimoine et promouvoir l’agriculture locale sont les deux objectifs de ce projet. «L’idée, explique Jean-Jacques Naud, est de remettre en état le mécanisme du moulin afin de produire de nouveau de la farine qui serait alors vendue sur place avec d’autres produits locaux. Nous voulons que ce lieu devienne la vitrine des produits de île.» Pour les élus, il faut créer, dans la commune, un point d’ancrage pour que les visiteurs s’y arrêtent au lieu de filer directement vers le phare de Chassiron. «L’idéal est également de faire de ce lieu un espace d’animation. C’est d’ailleurs pour cette raison que la commune sera associée au projet», confirme Patrick Moquay. 

Un projet qui n’a cependant pas fait l’unanimité auprès des élus communaux, certains estimant que la participation communale (17 000 € par an pendant 25 ans) pourrait grever les finances de la commune. D’autres craignant que des charges de fonctionnement, notamment en personnel, pourraient incomber à la commune. Et Patrick Moquay de rappeler que la gestion sera prise en charge en totalité par la communauté de communes. Finalement, le vote a bulletin secret a confirmé la participation de la commune au projet (9 voix pour et 4 contre).


 

Un moulin exceptionnellement bien conservé

Plusieurs fascicules touristiques situent la construction du moulin entre le xiiie et le xvie siècle, au moment où les Anglais étaient présents sur Oléron. Dans le livre Oléron, l’auteur N.Marlier-Verdier souligne que «les Anglais, finalement, durent quitter la région d’Aquitaine, mais ils n’en sont pas repartis sans y laisser des souvenirs. […] Les Anglais construisirent ces moulins que l’on peut encore voir dans l’île, moulins à vent dont les ailes ne tournent plus, à Saint-Pierre et à La Brée en particulier.» Or, pour l’actuel propriétaire, cette version est peu plausible. «Je ne pense pas que ce moulin date de cette période. Cela vient, il me semble, d’une confusion entre le type de construction avec des onglets, c’est-à-dire des décrochements dans la maçonnerie. De là certains ont fait l’amalgame entre onglets et Anglais.» Pour Philippe Lafon, historien oléronais, le moulin date du xviie siècle car il apparaît sur une carte de 1686. De cette maçonnerie extérieure, avec des décrochements, le moulin, inscrit aux monuments pittoresques depuis une trentaine d’années, tire son originalité. Les ailes d’autrefois n’ont conservé qu’une seule vergue. Le moulin a tourné pour la dernière fois pendant la guerre 14-18. Par contre, le mécanisme est entier. La toiture a été refaite à l’ancienne par les compagnons du Tour de France. Au faîte de la maçonnerie, on découvre un rail de chêne sur lequel repose toute la poutraison. L’ensemble de la plateforme pivote sur ce rail. Ainsi le meunier pouvait orienter la toiture à la recherche du vent. Ce toit pivotait à l’aide d’un âne qui, en contrebas, faisait tourner la queue du moulin. Aujourd’hui il ne reste qu’une partie de ce timon.

 

 
Commentaires des internautes
JOURDAIN - le 06/08/2014 à 18:15
Très beau moulin .Un charme fou.
Pourriez-vous me dire si Mr LAFON Philippe est de famille avec Autre LAFON Philippe Ingénieur constructeur à Tours et ayant réalisé des travaux chez mon grand-père moulin de Taillepetit Dordogne.vers 1914)
Je possède quelques copies des échanges de courriers entre mon arrière Grand-père et Mr LAFON Philippe pour la modification des appareils , suite à l'électrification et au modernisme en 1914.
Cordialement
+ ajouter un commentaire

optionnel, pour être averti de la publication

 
 

Boutique
7.50 € N°173
Novembre/Décembre 2021

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous