Ile d'Oléron - N°155 - Novembre/Décembre 2018

Echouage à La Cotinière

Dans la nuit du 16 au 17 octobre, le bateau le Marinoé s’est échoué à la sortie du chenal de La Cotinière. Le capitaine est passé par faible marnage dans un endroit trop près de la bouée verte qui ne laissait pas droit à l’erreur. «Dans ce chenal peu profond, le moindre mouvement de l’eau, un faible coefficient, une mauvaise manœuvre peuvent mettre les bateaux en danger», explique Christophe Sueur, le maire, qui s’est rendu sur place.

Très vite le bateau de la SNSM est venu au secours des quatre membres de l’équipage suivi du Black Pearl II qui s’apprêtait à prendre la mer. «On allait faire notre plein de gazole, raconte Jérome Civel, le capitaine du Black Pearl II, quand on a vu que le bateau était en difficulté. Nous sommes allés sur place et, avec un câble qui nous permet de remonter nos filets, nous avons tiré le canot de la SNSM qui tirait le Marinoé.»

Mais le Black Pearl II a été emporté par un paquet de mer et est allé buter contre les rochers un peu plus bas. «Et là les secondes durent des heures, poursuit Jérome Civel. Le bateau de la SNSM est venu nous récupérer et a cassé ses deux hélices mais il nous a quand même sorti de là. Heureusement, car sinon nous aurions pu nous exploser sur les rochers, la houle était forte.»

Il a fallu attendre un plus fort coefficient de marée pour aider le Marinoé à glisser plus facilement sur la houle et à s’extraire des rochers. 

«Le projet de réaménagement portuaire arrive enfin, poursuit Christophe Sueur, on va creuser le chenal, les bateaux pourront en sortir en toute sécurité.» Mais des pêcheurs disent que cela n’aurait pas empêché le bateau de talonner dans cet endroit bordé de fonds rocheux. 

Le lendemain des faits, le Black Pearl II était au chantier sur le port pour des réparations sur la coque qui s’est fendue sur les rochers. C’est une mauvaise année pour Jérome Civel après la mort de deux jeunes pêcheurs sur son Black Pearl qui a sombré en début d’année. Mais cela ne l’a pas empêché cette nuit-là de prendre des risques pour un autre bateau. La solidarité des marins n’est pas une légende.

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 
 

Boutique
18.15 € L'île d'Oléron vue d'en haut

Commander
6 € N°155
Novembre/Décembre 2018

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous